J’entends si souvent cette question qui m’est posée, dans vos courriels aussi.

Et c’est fou, le nombre de résultats obtenus, quand vous la tapez sur Google.

Beaucoup de personnes attirées par cette fameuse « spiritualité » veulent se sentir chargées d’une mission.

Je l’ai cherché aussi. J’ai même consulté des guides, y compris ceux de l’invisible 🙂

Bah oui, cela fait partie des égarements sur le chemin…

Et le plus sensé m’a dit : tu as toutes les réponses en toi et nul besoin de me contacter, fais-toi juste confiance et sois à l’écoute car ton cœur te parle, en permanence.

Depuis, je ne la cherche plus et même, je n’aime pas ce mot qui dénote souvent l’exigence du « petit moi ».

Se sentir investi d’une mission nous donne de l’importance, quand ça ne nous gonfle pas d’orgueil…

  • Je vais aider les autres
  • Soutenir ma famille
  • Faire le bien
  • Répandre plein d’amour autour de moi
  • Changer le monde
  • Sauver la planète
  • Guérir les gens car bien sûr, j’ai un don

Donc, nous ne serions là que pour aider les autres, les secourir, et même parfois les sauver…. d’eux-mêmes.

Surtout ceux qui ne nous ont rien demandé…

Rien de mal dans ce désir « d’être au service » mais ne pouvons-nous pas le faire tout simplement, et en commençant par s’occuper de nous… d’abord, avant de nous attaquer à tous les malheurs de la terre ?

Car, notre première mission est bien plus simple qu’on ne le pense et elle est à la portée de tous.

Ne sommes-nous pas tous sur cette planète pour notre propre évolution ?

Cette croyance de devoir assumer une charge d’ordre « supérieur » est très ancrée dans la littérature du développement personnel, comme dans tous les courants « ésotériques ».

Avec, encore à la clé tous ses dangers…

Si vous voulez sans cesse aider les autres, n’oubliez pas que vous le faites d’abord pour vous, et demandez-vous ce que cela vous apporte, en satisfaction personnelle.

N’êtes-vous pas tombé dans le rôle du sauveur ?

La majorité des gens vivent pour quelqu’un d’autre, s’ils sont suffisamment honnêtes avec eux-mêmes pour l’admettre.

Ou bien, n’osent pas déployer leurs talents, jouent des rôles, mettent des masques.

Être soi-même c’est n’avoir rien à prouver, personne à convaincre, ni encore moins à exercer un contrôle.

Contribuer au bien commun est « faire sa part du colibri », sans chercher des actions grandioses, visibles aux yeux de tous.

Pour devenir un héros, en somme…

Et si vivre quelque chose de simple, mais d’indispensable, continuer notre route, en tâchant de l’ennoblir, d’améliorer la façon dont nous y cheminons, vivre le quotidien avec bonne humeur, avec amour, était suffisant ?

En créant de bons contacts avec notre entourage, en faisant en sorte que nos proches se sentent bien avec nous, en développant la compréhension, l’empathie envers leur vécu, en s’employant à ne pas juger ou à vouloir les changer.

Apprendre à surmonter nos échecs, pour en faire des leçons, découvrir des habiletés nouvelles pour résoudre nos problèmes, et le faire de bon cœur, en tirant le meilleur pour notre évolution.

Tous les humains ont en réalité la même raison d’être, la même tâche : vivre toutes nos expériences dans l’accueil et l’acceptation qui mènent à l’amour véritable.

Vous saurez que vous en approchez quand vous arriverez à établir une harmonie en vous, qui ne dépendra plus du regard extérieur et quand vous vivrez une vie quotidienne qui vous procure toute la satisfaction dont vous avez besoin.

Quand vous ne vous sentirez plus coupables et que vous ne culpabiliserez plus les autres.

Même si vous n’êtes pas d’accord avec une situation ou une personne ou encore si vous ne les comprenez pas, vous serez dans cette acceptation.

N’est-il pas plus bénéfique d’honorer qui nous sommes, en étant conscients aussi bien de nos qualités que de nos défauts ?

Sachant que ce que nous considérons comme tels a toujours deux facettes.

Si je suis sensible, cela me donne la capacité d’écoute et d’empathie, à condition de ne pas verser dans la « sensiblerie » qui m’ôte tous les moyens d’agir.

Les véritables enseignements ont toujours été destinés à faire de nous de meilleurs êtres humains.

Et notre première et la plus importante tâche est d’expérimenter par nous-mêmes ce que nous souhaiterions enseigner aux autres, et d’en acquérir une bonne maîtrise dans notre propre vie.

Et si, plus tard, nous avons des occasions de communiquer ces valeurs à autrui, par des moyens qui correspondent aux talents que nous avons développés, il leur sera plus facile de nous comprendre car nous leur paraîtrons crédibles, grâce à notre vécu.

Et nous serons tout simplement ce que nous irradions autour de nous par notre manière d’être.

Sans chercher à se poser en exemple, notre façon de nous comporter pourra être une source d’inspiration à plus d’un.

Un autre aspect de cette mission arrive quand les « folies de grandeurs », sous-tendues par cette « spiritualité » mal comprise s’en mêlent.

Il sera alors question d’entendre l’appel de son âme, d’apporter la Lumière, d’accomplir le Plan Divin, ou d’être aligné à son être supérieur…

A l’aide, bien évidemment des esprits de la Hiérarchie Spirituelle, des Maîtres de Sagesse qui supervisent le bien-être de notre planète.

Et pourquoi pas des extraterrestres qui nous parlent ?

Et si vous n’y répondez pas, et bien ce refus vous exposera invariablement aux difficultés et aux souffrances, qui pourraient être évitées, en modifiant vos « vibrations ».

Et cet appel de l’âme, s’impose, faisant fi de votre libre arbitre.

Vous désireriez avoir des « visions », entendre des appels, des voix, par la clairaudience ou autres facultés extrasensorielles. Pour :

  • Éveiller les autres
  • Les servir par votre lumière croissante qui se propagera par la télépathie et ces vibrations élevées
  • Devenir un transmetteur d’énergies spirituelles, mises à la disposition de tous ceux qui vous entourent…
  • Ou encore être un « canal » de je ne sais quelle entité céleste
  • Et, délire suprême : une mission encore plus supérieure, celle de vivre sa dernière incarnation, d’entrer dans la peau d’un Immortel ou d’un Être de Lumière !

Et pourquoi pas, marcher sur l’eau, pendant qu’on y est ?

Je me fais l’avocat du diable, encore… mais il serait peut-être recommandé de redescendre sur terre, non ?

On ne se réveille pas un matin en disant : ça y est, j’ai trouvé !

Et si nous ne « trouvions » pas vraiment notre mission de vie car … c’est plutôt elle qui nous trouve…

La chose essentielle à accomplir sur cette terre est d’apprendre à s’aimer, et rien que cela, peut occuper toute une vie.

Alors cheminer, sans chercher inlassablement à vous sentir investis d’une mission car, la première et la plus importante est celle de vivre, tout simplement mais pleinement, ça vous parle ?

Et si vous y tenez vraiment, il serait peut-être préférable de remplacer ce mot par celui de donner du sens à sa vie ?

Mais là, encore, c’est un autre sujet…

Ce site utilise des cookies pour recueillir des informations concernant l'audience et pour faciliter le partage sur les réseaux sociaux. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close