Aller de thérapeute en thérapeute, en cherchant des nouvelles méthodes ou les outils miracles qui provoqueront des changements rapides n’est pas un moyen pour guérir.

Mauvaise nouvelle : les miracles n’existent pas.

La bonne : le cheminement est progressif, se fait pas à pas, étape par étape, par des changements souvent si subtiles que vous avez du mal à les voir tout de suite mais qui avec le temps s’ancrent en vous.

En sachant que personne ne fera le travail à votre place, et que si les guides, les maîtres à penser, comme des thérapeutes fiables vous aideront, seul votre investissement personnel sera agissant.

Celui qui vous veut du bien, ne cherchera jamais à vous « attacher » ni encore moins à le croire sur parole.

Il vous poussera à voler de vos propres ailes, le plus rapidement possible. Et à trouver vos propres réponses en vous.

S’il est essentiel de lui faire confiance votre libre arbitre doit être préservé. Comme votre engagement ferme car, si vous ne voulez pas guérir, le meilleur thérapeute du monde ne pourra rien pour vous.

Mais il est aussi essentiel de respecter vos propres rythmes, en mesurant vos résistances, conscientes ou celles qui sont enfuies au plus profond.

Ne tombez pas dans le piège de la « compétition » car le chemin n’est pas une course à la réussite.

Nous y sommes tellement conditionnés et, tels de bons élèves nous cherchons à plaire ou à nous faire récompenser.

Quitte à forcer ce qui ne fera que renforcer vos résistances.

Le Temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui, disait Paul Morand dans L’homme Pressé. Alors, prenez le vôtre, sans toutefois le gaspiller.

Vous comparer est un autre piège à éviter.

Nous sommes tous uniques et se mesurer en fonction de quelqu’un peut vite nous donner des complexes.

Cela aussi fait partie de nos conditionnements et si les amis sincères peuvent nous renvoyer l’image du chemin que nous avons parcouru et des évolutions qu’ils voient en nous, ils le feront aussi pour ce qui reste encore à améliorer.

Quant à ceux qui se disent « arrivés », laissez tomber…

Il n’y a pas de médailles dans le grand jeu de la vie, seulement les sentiments de la paix intérieure, de la sérénité, de la joie du cœur et la sensation de vivre en accord avec ses valeurs profondes.

Ce site utilise des cookies pour recueillir des informations concernant l'audience et pour faciliter le partage sur les réseaux sociaux. En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close